Souvent le souffle me manque, il faudrait que je me calme, il faudrait que j’en parle, pourtant les mots se planquent là-bas, tout au fond de ma gorge, dans les bois sombres de l’angoisse, auprès de ceux qui se forgent une carapace.

Oak Room, Une oeuvre de Andy Goldsworthy, Château La Coste, Vaucluse, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« La rage au corps », de Laurie Darmon)
Publicités

La transition, elle te pardonne rien, elle te brouille toute ambition, elle te plante dans la solitude du champ de coton, sans te laisser le choix, elle t’oblige à la soumission du poids des heures ingrates comme un coureur de fond.

Irving Penn, Parvis de la Gare de Lyon, Paris 12ème
(« La Transition », de Buridane)

Toutes les illusions de la mémoire, tous les rapports ardents du silence et des rêves, tous les chemins vivants, tous les hasards sensibles, je suis au coeur du temps et je cerne l’espace.

IMG_3001.JPG

Square Maurice Gardette, Paris 11ème
(« L’amour la poésie », de Paul Eluard)

Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes.

IMG_2950.jpeg
Pavillon, Four cubes to contemplate our environnement, une oeuvre de Tadao Ando, Château La Coste, Le Puy-Sainte-Réparade, Luberon, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« Peau d’ours », de Henri Calet)