Le bruit de la ville était si proche qu’on entendait son frottement contre les persiennes comme si des gens traversaient la chambre.

IMG_6948

Institut Xin-Sheng, 41 rue des Jeûneurs, Paris 2ème
(« L’Amant de la Chine du Nord », de Marguerite Duras)
Publicités

Une réflexion sur “Le bruit de la ville était si proche qu’on entendait son frottement contre les persiennes comme si des gens traversaient la chambre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s