Rien de mieux que d’avoir, le matin, avec la première lueur du jour, les idées claires, que de se dresser contre le ciel immuable, ne pas prêter attention à l’eau impraticable et faire que le navire franchisse les vagues vers le rivage de soleil qui toujours revient.

IMG_0066

Lac de Pont-L’Evêque, Calvados, Normandie
(« Toute personne qui tombe a des ailes », Poèmes 1942 – 1967, d’Ingeborg Bachmann)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s