L’enfance vivante en nous, c’est une autre chose. Une expérience de pure intensité, une sorte de drogue rare qu’une fois goûtée on a du mal à oublier. Une charge d’esprit qui procure une légèreté comparable à l’ivresse et une créativité intacte.

fullsizeoutput_61e

V., il y a (très) longtemps, dans une baignoire. Déjà.
(« Eloge du risque », de Anne Dufourmantelle)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s