Bonjour tristesse, comment m’as-tu trouvée ? J’avais pris soin, pourtant, de ne me révéler jamais au grand jour de tes armes. J’avais installé une alarme.

Avenue de la République, Paris 11ème
(« Bonjour Tristesse », de Laurie Darmon)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s