La transition, elle te pardonne rien, elle te brouille toute ambition, elle te plante dans la solitude du champ de coton, sans te laisser le choix, elle t’oblige à la soumission du poids des heures ingrates comme un coureur de fond.

Irving Penn, Parvis de la Gare de Lyon, Paris 12ème
(« La Transition », de Buridane)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s