Souvent le souffle me manque, il faudrait que je me calme, il faudrait que j’en parle, pourtant les mots se planquent là-bas, tout au fond de ma gorge, dans les bois sombres de l’angoisse, auprès de ceux qui se forgent une carapace.

Oak Room, Une oeuvre de Andy Goldsworthy, Château La Coste, Vaucluse, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« La rage au corps », de Laurie Darmon)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s