On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : j’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.

Canal Saint-Martin, Paris 11ème
(« On ne badine pas avec l’amour », d’Alfred de Musset)
Publicités

Mais c’est oublier que ce ne sont pas des esprits qui se choisissent, mais des corps, de manière instinctive, inconsciente. Le secret de l’amour ne repose surtout pas sur un choix réfléchi, après avoir pesé les qualités et les défauts de l’autre.

IMG_2896.JPG

L’Eternelle idole, Sculpture d’Auguste Rodin, photographie extraite d’Erotica, une anthologie littéraire et artistique
(« Lâcher prise avec Shopenhauer », de Céline Belloq)

J’ai un visage amoureux. J’ai une mémoire amoureuse. J’ai un corps amoureux. J’ai une écriture amoureuse. J’ai un journal amoureux. J’ai des mains amoureuses. Avant, on disait que j’avais un coeur de pierre.

IMG_1729

Dessin à l’encre de Chine, Rue Saint-Maur, Paris 11ème
(« Poupée Bella », de Nina Bouraoui)