Souvent le souffle me manque, il faudrait que je me calme, il faudrait que j’en parle, pourtant les mots se planquent là-bas, tout au fond de ma gorge, dans les bois sombres de l’angoisse, auprès de ceux qui se forgent une carapace.

Oak Room, Une oeuvre de Andy Goldsworthy, Château La Coste, Vaucluse, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« La rage au corps », de Laurie Darmon)
Publicités

Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes.

IMG_2950.jpeg
Pavillon, Four cubes to contemplate our environnement, une oeuvre de Tadao Ando, Château La Coste, Le Puy-Sainte-Réparade, Luberon, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« Peau d’ours », de Henri Calet)

N’entre pas ici sans désir.

Pavillon, Four cubes to contemplate our environnement, une oeuvre de Tadao Ando, Château La Coste, Le Puy-Sainte-Réparade, Luberon, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(Citation de Paul Valéry, sur le fronton du Palais de Chaillot, Paris)

Est-ce qu’on peut avoir la nostalgie de ce qui n’a pas été ?

Aix 2008, une oeuvre de Richard Serra, Château La Coste, Le Puy-Sainte-Réparade, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« Rien de grave », de Justine Lévy)

Comme si l’on ne pouvait jamais faire confiance au reflet toujours inventé que nous renvoient les miroirs.

Mind the Gap, une installation de JR au Pavillon Renzo Piano, Château La Coste, Le Puy-Sainte-Réparade, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« Sweet home », d’Arnaud Cathrine)