Je ne suis pas innocente. J’ai toujours succombé à la beauté. J’écris pour dire ce ravissement-là.

Station Saint-Jean-Montclar, Provence-Alpes-Côte d’Azur
(« Poupée Bella », de Nina Bouraoui)
Publicités

J’ai un visage amoureux. J’ai une mémoire amoureuse. J’ai un corps amoureux. J’ai une écriture amoureuse. J’ai un journal amoureux. J’ai des mains amoureuses. Avant, on disait que j’avais un coeur de pierre.

IMG_1729

Dessin à l’encre de Chine, Rue Saint-Maur, Paris 11ème
(« Poupée Bella », de Nina Bouraoui)

Les livres ont ce pouvoir d’annuler le monde, d’étouffer les cris ; ce sont des livres-murailles, il y a plusieurs façons de quitter la vie, les livres sont de cette drogue.

IMG_0273.JPG

Médiathèque Marguerite Duras, Rue de Bagnolet, Paris 20ème
(« Mes mauvaises pensées », de Nina Bouraoui)